EX CATHEDRA : Ambition knows no bounds.

Jeux de rôles par forum basé sur l'univers de Warhammer 40 000 - Rogue Trader.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23, 24  Suivant
AuteurMessage
Katje von Tödt

avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 08/05/2012

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Dim 25 Nov - 15:01

Les couloirs marbrés défilaient sous les chenilles de la chimère de commandement Vostroyenne, fissurées par le passage de nombreux véhicules de combat. Les blindés de Kelly les avaient précédés et se déployaient pour faire face à la menace grandissante des troupes du porc. Elle s'était résolue à l'appeller comme ça, car c'était le qualificatif le plus juste qu'elle avait trouvé, même si hérétique, chien et pourriture venaient peut après.


Elle ordona au groupe de commandement de se ranger dans le palais même, sans prendre en compte les destructions éventuelles que pourraient engendrer les véhicules dans le palais et ses couloirs richement décorés. Ce genre de considération passait en second plan, loin dérrière la sécurité des lieux, et surtout celle des enfants de la capitaine.


Elle appella un des prévots qui montait la garde non loin, en armure complète et tenant son fusil à pompe de service fermement. Elle avait tant bien que mal consulté les rapports de situation dans la chimère, mais préférait avoir une vue directe sur le problème.

"Prévot ! Où à été établi le poste de commandement du palais ?"


Elle comptait bien s'y rendre,évaluer la situation, donner quelques ordres et partir immédiatement vers les appartements de la capitaine pour mettre les gamins en sécurité. Hors de question qu'ils restent si près d'une zone de combats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Dim 25 Nov - 15:20

Citation :

Ex Cathedra, Coque extérieure.

Alors que la Libre-Marchande se démenait à coups de marteau pour abattre la première torpille qu'elle avait aperçu, ses chérubins vinrent soudain, les griffes de sorti, se ruer vers une douzaine de silhouettes en combinaisons noires, prêt à defendre leur maitresse jusqu'à la mort.
Ils s’arrêtèrent en reconnaissant des Assassins du temple d'Athenais. Dans un silence total, ils laissèrent Lonallyn poursuivre son œuvre, se contentant de déplacer les charges posées aléatoirement par les chérubins.


Ex Cathedra, Couloir d'accès Omega-Epsilon 3, Accès tertiaire au Machinarium.

Enfin, ils approchaient du champ Geller de ce maudit vaisseau ! Le Major Glockenspiel était nerveux. Pour le moment, tout s'était déroulé sans accroche, et l'avancée de son bataillon s'était effectué sans encombre. Il y avait quelque chose... de pas normal. Sans doute était ce lié au fait que le machinarium Geller fonctionnait à plein régime.
Ou le fait que l'Ex Cathedra semblait être plus une Chapelle dédié en Son Nom qu'à un vaisseau de guerre, et qu'il avait l'impression de commettre un terrible sacrilège, alors que c'était les Razgriz même qui blasphémaient.
La douzaine de silhouettes encapuchonnées qui étaient en renfort, leur chef soufflant son haleine méphitique de chair avariée, n'aidait pas vraiment à le calmer.
Mais où étaient les troupes de défenses ? Les Razgriz avaient sonné l'alarme pourtant dès l'arrimage des torpilles.Encore une porte blindée à ouvrir, et ils devraient bientôt pouvoir poser les charges.
Il jeta un coup d’œil vers le haut plafond en voutes gothiques de la salle où ils venaient d'entrer. Un véritable mausolée, ce vaisseau.
Soudain, une cloche résonna non loin, faisant sursauter ses hommes. Les Razgriz sonnait le glas ? Comme cela leur convenait. Le glas de leurs ...
Par l'Empereur, qu'est ce que c'était que ça ?
Un mouvement ? et pourquoi ça tanguait comme cela, que faisait t-il si proche du sol, et que son cou lui brulait ? Deux slaughts à terre, était ce possible ?
Un corps décapité venait de tomber en soubresauts sanglants ?
Le Major Glockenspiel réalisa ce qui lui arrivait, lorsqu'il reconnu ses propres barrettes sur l'armure carapace verte sanguinolente, et qu'il ne pouvait hurler.
Devant la porte, se tenait une sombre silhouette noire, enroulé dans une large cape, la seule chose brillant sur lui étant deux lames couvertes de sang. Une silhouette ténébreuse, le visage dissimulé derrière un capuchon monacal. Un ange vengeur, qui venait pour la rémission des péchés, qui les défiait, moqueur et sur de lui.
Les hommes ouvrirent le feu, et Glockenspiel sut que l'ennemi avait bougé, bien qu'il ne le voyait plus. Il ne pouvait voir que le sillon sanglant qu'il laissait derrière lui, les corps tombant comme des pantins désarticulés.
Ses dernières pensés avant la mort, fut que son bataillon était entièrement perdu. Ce mausolée serait leur tombeau.


Battlecruiser de classe Overlord, "FOR MY NEXT TRICK I'LL MAKE YOU DISAPPEAR"

Les Slaughts apparurent dans un déluge de feu et une brume de fumigènes, des pelotons de prévots les couvrant de tirs de suppression juste derrière eux. Eux aussi se battaient, en ignorant toute les règles, sauf une : pour vaincre, tout les moyens sont permis.
En tête, se riant des tirs le visant, un bouclier craquelant dans une odeur actinique tout autour de lui, tirant avec son lourd sceptre désintégrateur, ou l'assenant avec une force tout aussi meurtrière, l'Amiral cherchait Ordann. Et finit par l'apercevoir, le désignant d'une "main" faite de vers et de chairs nécrosés, avant de le charger.
"Celui là, est à moi. En garde, Ordann, et meurs ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://excathedra.forum-gratuit.net
Admin
Admin
avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Dim 25 Nov - 15:56

Citation :

Ex Cathedra, palais du Libre Marchand.
-"Au poste de contrôle des Lebensguard, Colonelle. Le Colonel Kelly et son état-major vous y attendent" répondit le prévôt.
La salle était familière à l'ancienne Maîtresse d'Equipage, vu qu'il s'agissait du PC sécurisé du Palais proprement dit. Dans la salle de contrôle toute sombre, aux murs couverts d'ecran picts surveillant tout le palais donnant une pale lumière changeante et bleuté, se trouvait autour d'une table tactique rétro-éclairé le Colonel Kelly, le Capitaine des Lebensguard, et d'autres officiers.
"Ah, colonnel, vous voila. Vous tombez à pic. Pour l'instant, l'ennemi ne progresse peu, ils ont du mal avec les sas de sécurité qui se refusent à rester fermés, ainsi que la décompression totale de leurs couloirs... Un coup de maître, je présume que c'est vous qui avait ordonné cela ?
Les chars Razgriz seront sur place d'ici dix minutes, je les attendaient pour entamer une contre-offensive synchronisé."
En lui montrant les projections tactiques sur la table.
"Vu que Sabrehagen fait parti de la tête de lance, je serais d'avis de concentrer nos effort la dessus en priorité. histoire d'en finir une bonne fois pour toute.
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://excathedra.forum-gratuit.net
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 32

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Dim 25 Nov - 20:32

Ajax


L'immonde saleté gluante se jettait sur lui...
Bon.... c'était une mauvaise nouvelle, là quand même... Jouer sans tenir compte des règles ne fonctionnait bien que contre un advsersaire qui les respectait à mort.

Du coup il tira Dannan de son fourreau ouvragé, de même que son canon de poing. Adressa une brève prière de repentance pour ses pêchers, réafirma sa Foi, puis frôla la rune d'activation de l'antique et sublime trésor eldar.

-Ca m'arrangerai que tu crève vite, j'ai un emploi du temps chargé....

Ce furent ses derniers mots avant d'engager le combat.
Avant que l'Amiral ne soit sur lui, Ajax ouvrit le feu de son canon de poing. Les projectiles solides atteignirent la silhouette gluante à pleine vélocité, saturant l'étrange champ de force xenos qui entourait son agresseur.
Sans l'arrêter plus que ça, d'ailleurs...

L'Amiral aurait probablement affiché un sourire s'il en avait été capable, ce qui n'était probablement pas le cas.
Profitant de l'élan, le monstre porta un coup Droit sur le Capitaine pirate qui parvint à parer ce coup et même à contrattaquer dans la foulée.
Dannan, associé à une maîtrise supérieure de l'art de l'escrime, parvint à déjouer la garde du monstre et à l'atteindre. Pourtant, là non plus, le monstre ne sembla pas franchement blessé plus que ça.
Ajax commençait à craindre le pire.
Et le prochain coup du démon lui donna raison... ce coup était puissant, bien placé et il ne pu rien faire pour l'éviter.... la douleur se répandant dans son corps, froide et sourde...

-... A force de frapper comme un sauvage, évidemment. Mais ca manque de style, tout ça, mon petit. Va falloir revoir les fondamentaux.

... Et il pris ses jambes à son cou.
Nouvelle tactique puisque l'affrontement direct ne servait à rien. Il allait utiliser la mêlée à son avantage, se servant allègrement des hommes présents comme boucliers, ne frappant qu'à l'occasion d'une ouverture, en opportuniste.

De couverts en couverts, il se dirigeait vers la grande porte d'où étaient partis les troupes Sabrehagens... Avec un peu de chance, il trouverait d'autres possibilités de se tirer de ce mauvais pas.

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Lun 26 Nov - 12:01

Citation :

Battlecruiser de classe Overlord, "FOR MY NEXT TRICK I'LL MAKE YOU DISAPPEAR", générateur d'atmosphère modèle Vitae.

Un vent chaud et puissant soufflait depuis l'accès des Sabrehagen.Le lourd sas blindé ouvert donnait sur une large passerelle métallique surplombant un gigantesque puit vertical, servant de soufflerie de refroidissement et de brassage de l'air a travers le gigantesque croiseur, mal eclairé par des lumiglobes clignotants de ci de la, donnant une teinte rouge sang à tout l'ensemble. Au dessus comme en dessous, de multiples passerelles de ci de la, et de gigantesques pales de ventilateurs qui tournaient à une vitesse trompeusement lente. Une odeur acre, piquante, rance, mêlant à la fois effluves de métal chaud, d'ozone et de sueur, montant aux narines du pirate qui venait d'entrer; ses tympans et son corps entier n'était pas en repos non plus, car le bruit était intense, le lieu semblant le proie à un ouragan. Le tricorne du capitaine tenait difficilement en place, surtout à proximité de véritables couloirs d'air pulsé a grande vitesse.
L'Amiral était moins chanceux qu'Ordann concernant les balles perdues, mais tout à sa fureur, il n'en n'avait cure. Un tir verdâtre desintégrateur frôla ses oreilles pour annihiler la bordure metallique de la passerelle, alors que la Chose lui courait après, avec son lourd sceptre.
L'Amiral rugissait.

"Tu ne m'échapperas pas, Ordann !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://excathedra.forum-gratuit.net
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 32

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Lun 26 Nov - 21:43

L'odeur était réellement dérangeante pour Ajax qui essayait d'en faire une totale abstraction. Il avait nettement plus urgent à penser que l'odeur nauséabonde de l'environnement.

L'Amiral parvint à rejoindre lui-aussi la structure, ayant visiblement pris quelques tirs perdus en parcourant le champ de bataille.
C'était là une bonne nouvelle, car il était probablement blessé.
C'était là une mauvaise nouvelle, car il serait très probablement vexé ou en tout cas nettement plus combatif !

Il allait falloir trouver une solution et le plus vite possible ! Il était hors de question de l'affronter directement....

Ajax eut juste le temps de s'effondrer sur ses fesses que le bâton de l'Amiral passa précisément là où s'était trouvé son torse quelques secondes plus tôt.
Ca faisait rudement mal de tomber sur ses fesses.... mais toujours moins qu'un coup qui l'aurait coupé en deux.

-Aieuh ! Ok ! MAINTENANT C'est la guerre !

Il se releva en faisant une roulade arrière aussi vite que possible pendant que l'Amiral frappait à l'exacte endroit où il s'était trouvé, espérant un embrochage par le haut.
Toute la structure vibra pendant que bâton s'enfonçait même carrément dans le revêtement de la passerelle.
L'immonde tas de vers grouillant ne s'arrêta pas en si bon chemin et il continua à frapper avec une aisance déconcertante pour une forme de vie de ce genre. Ajax avait du mal à parer et à esquiver au rythme de la créature.
Et pourtant il était rapide !

Pour esquiver un coup vertical, acculé contre un rebord, il sauta sur une passerelle transversale en contrebas.
Bien évidemment, son adversaire le suivit, et l'atterrissage provoqua une nouvelle onde de choc dans toute la structure, mais cette fois avec de nouveaux grincements.
Un grincement qui n'était pas du tout un bon signe !

Ajax se releva, endoloris par le combat et la chute et para, dans la foulée, un nouveau coup, puis encore un autre, sous les éclats de rire malsain de la créature qui s'en donnait visiblement à coeur joie !

-On t'as déjà dit que tu n'avais vraiment rien pour toi, niveau physique ?

Il afficha un sourire quand, sans doute irrité, même un tout petit peu, le monstre le manqua, ébranlant de nouveau toute la structure au point de la sentir un petit peu céder.
Puis un second coup démolis une des armatures de soutiens de la passerelle qui flancha avant de s'effondrer.

N'ayant absolument pas prévu ce genre de chose, le Capitaine avait néanmoins de la ressource. Il enclencha le déclencheur du lance-grappin dont le projectile fusa précisément où il avait visé...
Coup de bol
... Et il pu profiter du mouvement de balancier pour atteindre une nouvelle position.

De son côté l'Amiral Parvint, par ses propres moyens, à rejoindre la même passerelle.

Un nouvel échange de coups s'ensuivit, mais le monstre gardait l'ascendant, malgré les fanfaronnades et piques du capitaine pirate, il était en mauvaise posture.
Une nouvelle option devenait cruellement nécessaire, là, tout de suite !
Allez, 'Jax, mon vieux 'Jax, réfléchis !

-Bingo !

L'Amiral sembla hésiter et retarda son coup d'une seconde.
Erreur que le célèbre Pirate mit à profit.

D'un coup ample, il sectionna un, puis deux, des armatures, puis tout en esquivant un nouveau qui du monstre, qui fit dangereusement tanguer la structure, il donna un coup dans le tablier avant d'esquiver le dernier coup qui fit céder la passerelle sous le poids de l'Amiral.
Tout en offrant juste le temps, à Ajax, de rejoindre le rebord de la passerelle et d’actionner de nouveau son lance-grappin. Mais avant de s'élancer, alors que le monstre essayait de se retenir.

-Souvenez-vous de ce jour comme celui où vous avez FAILLI tuer le Capitaine 'jax Ordann !

Il salua de son tricorne avant de s'élancer dans le vide et de finir par hurler parce que non mais quand même, c'est vrai que c'est 'achement haut dis-donc !! Faudrait voir à pas se planter, quand même !!

L'Amiral hurlant de rage et de frustration chut d'une impressionnante hauteur avant d'entrer un peu violemment avec les pâles du mega-ventilateur qui le déchiqueta avec une indécente facilité.

Ajax se rétablit sur une des passerelles transversales, puis une autre, et encore une autre, jusqu'à atteindre enfin la première passerelle.
Pas le temps de souffler, le combat n'était probablement pas terminé, et ce malgré une impressionnante victoire !

Citation :

En effet, c'était bien loin d'être fini, comme lorsque des rayons verdâtres se mirent à pleuvoir autour du capitaine pirate. les slaughts, furieux de la mort de leur Cacique, visaient Ajax en priorité à present sur les plate-formes, tout en repoussant aisement les assaillants survivants du MAD LOVER PRESENT.
Un jet de flamme barra soudain le chemin du corsaire, dans un rugissement de turbines et l'aboiement de lasers. Les troupes Sabrehagen de defense étaient arrivés, dans leurs armures carapaces intégrales vertes... et disposant de réacteurs dorsaux.
La plateforme d'Ajax, sous l'effet combiné du prometheum brulant et les tirs, céda sans prévenir.

Était ce la fin ?

EDIT : Refonte des réactions d'Ajax dans un post subséquent Smile

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.


Dernière édition par Ajax Ordann le Sam 8 Déc - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lonallyn Von Razgriz

avatar

Messages : 194
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 25

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Jeu 29 Nov - 13:00

BANG !
"
Et les troupes de Vandire trouvèrent à leur retour BANG ! les portes de la Ruche close. " Ouvrez nous !" Criaient ils !"BANG !
Mais nul ne leur BANG ! répondait, alors que la tempête se levait.BANG !"Et Sainte Jeanne à la Tronço-Hache vint à leur BANG ! rencontre sur la poterne.BANG !
"
Vous avez tué vos frères et fait verser leur Sang ! Vous avez BANG ! rejeté Son Credo et Sa Lumière pour suivre BANG ! le Tyran Sanglant !"
BANG !
"
Par vos péchés, je vous renie de l'Humanité ! Arrière, BANG ! mécréants, et souffrez votre Juste Châtiment !
BANG !BANG !BANG !
"
Et les troupes de Vandire hurlèrentBANG !, et tentèrent de forcer une brêcheBANG !, alors que le vent se levait."
BANG !
"
Seule Sainte Jeanne resta à la poterne,BANG ! et sans relâche, pendant trois jours et trois BANG !nuits, son bras se leva, et sema la mort à chaque fois.
BANG !
"
Et le Vent se leva, balayant les troupes de BANG ! Vandire comme fétus de BANG !pailles, détruisant les chars, dispersant les BANG !vaisseaux, ne laissant nul BANG !survivant.
BANG !
Le métal était deformé, au bord de la rupture, et les charges enfin en place. Des brulures de radiation striaient son visage depuis la destruction du BONAVENTURE, du sang sourdait dans son armure au rythme rauque des graves blessures du TEMERAIRE.
Continuant de réciter les versets, Lonallyn s'elança, pour passer à la torpille suivante, comme si de rien n'était.
La détonation se devait d'être simultané, pour couper définitivement toute retraite. Elle s'assura une fois de plus, que les sas ne répondait à aucun ordre, et devait chacune être découpées une à une par les envahisseurs, et qu'ils étaient privés d'air, cherchant à chasser ses importuns par des décompressions surprises. BANG !
"Et Sanguinus se tint devant la Porte Dorée sur BANG !Terra..." reprit-elle, ses chérubins sur ses traces, les renforts du Temple d'Athenais en escorte, assénant son marteau Tonnerre à deux mains sur la torpille d'assaut honnie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katje von Tödt

avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 08/05/2012

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Dim 2 Déc - 22:42

"Ca ne me dit rien qui vaille Colonel. Sabrehagen, présent en personne dans un assaut qui n'est pas certain de réussir, lors d'un engagement naval où il a clairement l'avantage du nombre et dont il pourrais sortir victorieux par la force de ses atomiques ?"


Elle passa quelques temps à réfléchir, indécise sur la marche à suivre. Sabrehagen pouvait bien n'être qu'un clone envoyé là pour les distraire et masquer ses véritables intention. Ou, dans sa folie, avait-il lancé un assaut frontal ? Quelles cartes gardait-il dans sa manche, lui, l'habitué des assaut téléportés, des bombes, des assassins ?

"Lancez une contre offensive contre les forces d'abordages, mais méfiez vous de l'endroit ou Sabrehagen est censé être. Je flaire le piège. Garder une bonne réserve dans le palais en lui même pour pouvoir régir au coup fourré qu'il ne manquera pas de nous faire. Alkesia, tu t'occupe d'apprendre à baisser la tête à ces idiots ? Je vais m'assurer de l'état des enfants de la capitaine ... peut être les faires bouger régulièrement. On ne sait jamais ..."

Elle salua les officiés présents, consciente que ce qui pouvait passer pour de la paranoïa gallopante était contre cet ennemi précis une simple mesure de préservation basique. Rien n'était jamais ce qu'il semblait avec le vieil ennemi de la capitaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Lun 3 Déc - 13:45

Citation :

"Cela sera fait, Capitaine d'Armes." firent les officiers, à l'exception du Capitaine des Lebensguard, qui semblait fort soucieux, ecoutant visiblement une transmission vox.
"Colonelle, les coups fourrés commencent déjà. Un assassin solitaire a été repéré dans le couloir d'accès Delta. Nos hommes ont pu donner l'alerte avant d'avoir été tués. Il a pour cible les enfants de la Lady-Capitaine.Le... garde du corps personnel de Lady-Capitaine a fait savoir qu'il était en route pour interception."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://excathedra.forum-gratuit.net
Admin
Admin
avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Jeu 6 Déc - 20:29

Citation :

IL observait avec un sourire béat son canonnier ravager les fresques qui couvrait le couloir ou se trouvait son Leman Russ de commandement, creuser des trous béants, et ravager le sol sous ses implacables chenilles. Quel dommage de faire tant de dégâts sur un si joli vaisseau, aux décorations si exquises !
Mais après tout, qu'était ce croiseur baroque à coté de la beauté du crépuscule des Soleils jumeaux sur les lacs de Carcosa la perdue, alors que les Hyades se mettaient à roucouler leurs chants avec la montée des lunes étranges, sous l'ombre du Roi aux haillons ?
Le Maître tapota ses neufs doigts en rythme du chant sacré d'Aldbaran, en assistant à la destruction de la demeure de son Ennemie. Oh, qu'il avait faim. Certe, sa chair n'avait plus besoin de nourriture, mais la viande humaine était un tel délice, le sang un tel nectar...
Son sourire s'élargit encore, en un rictus carnassier, inhumain. D'un signe de main impatient, il demanda une communication vox au lieutenant-radio de son véhicule.
"Vous vous cachez, Vermine Razgriz ? Vous pensez que vous pouvez vous dissimuler ? Je vais vous extirper de votre antre, et vous écrasez sous mon talon ! Faites donc preuve de dignité et d'honneur une foi dans votre vie, et venez donc m'affronter, Face à Face !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://excathedra.forum-gratuit.net
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 32

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Sam 8 Déc - 13:38

Ajax

Les prévôts Sabrehagens en armure carapace se tenaient juste en face de lui, armés jusqu'aux dents et presque aussi blindés qu'un Baneblade.... (en tout cas c'est l'image qu'il en avait au travers des fresques qu'il avait vu dans le Palais de son père).
De leur côté, les Slaughts étaient bien trop haut pour pouvoir être atteint à l'aide de son grappin.... et relativement occupés à faire feu dans la direction des portes.

La menace la plus directe et la plus importante était donc les trois prévôts....

-Messieurs, je suis pleinement et entièrement à vous... la leçon peut commencer !

Dannan virevolta immédiatement pour lui ouvrir un chemin pendant que son propriétaire s'engouffrait dans la brèche. Il devait, déjà neutraliser leurs réacteurs dorsaux... deux d'entre eux, en tout cas.
.... Et plus la mêlée serait "intense" en matière de combat et plus les tirs de slaughts seraient à son avantage à lui.

Citation :
Un nuage de prometheum enflammé accueilli le Capitaine Pirate, qui fort heureusement, parvint à éviter le gros des flammes. Leurs pistolets lance-flammes étaient étranges : ils étaient de forme allongés, et disposaient d'une garde, tenant plus du manche d'épée que du pistolet usuel.
Alors qu'Ajax entrait en mêlée, sa cible garda fermement son double armement, estampillée chacune d'une fleur de lys... et attaqua avec, au corps à corps, crachant brièvement une bouffée de flammes qui embrasa la pointe de la barbe du Corsaire. Fort heureusement, son armure stoppa l'essentiel.

Spoiler:
 

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
albus

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 08/05/2012

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Mar 11 Déc - 6:16

Grande salle d'opéra "Dei Maxima" de la proue de l'Ex Cathedra.

L'immense lieu de récital qui avait accueilli en son temps, la pupille de feu la navis primari était devenu fort silencieux depuis quelques instants.
Seul le bruit léger des gouttes de sang tombant les unes après les autres des griffes de la chose féline troublait le calme de l'endroit.

Albus considérait froidement les corps de trois de ses compagnons littéralement répandus à travers les sièges, l'allée centrale et la scène.

La créature ricana, accroupie sur la scène, jouant soudain avec la tête de Kalis, la faisant rouler vers le rebord d'un coup de patte savant afin que le visage de sa dernière victime fixe à son tour, le blanc.
L'Assassin n'avait pas dégainé. Il avait regardé les siens fondre les uns après les autres sur cette créature issue de l'imagination malade des pires heretecs. Une abominable mais parfaite machine à tuer. Une création mortelle qui les avait emporté dans des duels successifs comme si les décennies d'entrainement, de rigueur et de sacrifice au service de l'Ombre de l'Empereur-Dieu n'étaient rien que du temps perdu.

Une folie aussi sauvage qu'effilée guidait la chose qu'Albus répugnait à considérer comme ayant été humaine un jour.

Les yeux de Kalis, bien que vitreux n'exprimaient nul peur, désarroi ou désespoir.
Elle avait accepté le jugement du destin forgé par un Dieu à l'allure humaine pour elle, et elle l'avait rejoint et accepté avec élégance et un art consommé emprunt de fatalisme et d'acceptation la fin de son existence.
Un sourire serein fendit les lèvres d'Albus.

"Il donne et Il prend."

C'était l'un des préceptes fondamentaux du Culte. Ses trois compagnons avaient oeuvré à la destruction de tant d'individus qu'ils acceptaient la Mort comme une amie lorsqu'elle venait les cueillir. Albus retira lentement sa paire de gants blancs en secouant la tête. Quel égoïste il était. Malgré l'endoctrinement qui n'avait rien à envier à celui des plus fabuleuses créations de l'Imperium, il éprouvait un grincement sentimental. Entre la frustration d'avoir vu ses compagnons tomber au combat et le léger picotement qui accompagnait l'idée qu'ils ne seraient plus jamais à ses côtés.

Physiquement du moins.

Les gants tombèrent au sol, alors qu'il enlevait sa veste qu'il plia avec soin pour la poser sur le rebord d'une chaise avoisinant l'allée centrale.

L'Assassin Sabrehagen se redressa à son tour, léchant ses lèvres rougis par sa gourmandise. Son oreille droite fut prise de spasme alors que le comportement du dernier jouet l'intriguait.
Albus perdit tout sourire tandis qu'il descendit marche après marche les escaliers qui menaient à la scène.

Aucune armure. Il portait simplement le pantalon d'un officier maintenu par une paire de bretelles noires, des bottes standards quoique blanches, une chemise aux manches redressées. Les yeux de la créature tentaient de percevoir ce que la musculature du jouet cachait, car elle cachait quelque chose, ses sens étaient si perçant qu'ils décelaient les infimes marques laissées par l'octroi du système Thanatos.
Ainsi, elle perçue comme chez ses compagnons, un renforcement des capacités de combat. Mais celui-ci était sensiblement différent. Un frisson d'excitation, l'enthousiasme de la curiosité et la vivisection à venir probablement, s'empara de la créature.

Sans mouvement brusque et superflu , Albus tira ses deux lames qu'il sépara immédiatement.
Le système de téléportation de son adversaire chauffa à son tour lentement.

Les oreilles de la créature se couchèrent instinctivement alors que les lèvres d'Albus prononcèrent le mot "Exodus". Les cuisses de l'assassin enflèrent et sa peau se mit à palpiter.
La levée des mesures de contention du système d'accroissement musculaire du disciple d'Athénais tendit sa peau au point de lui offrir un teint d’albâtre. Il jeta en l'air une lame de feu comme si il s'en débarrassait théâtralement.

L'appui qu'Albus prit dans la marche ne dura qu'une inspiration. Un large sourire s'étendit sur le visage contrefait de ce chat de cheshire cauchemardesque quand il vit la marche se fissurer, puis se briser en une centaine d'éclats de marbre.

Celui-ci allait être plus amusant que les autres ! Que tous les autres !

Le système de téléportation passa en mode urgence alors que les yeux de l'assassin sabrehagen tentaient péniblement de percevoir la flèche de feu qui fondait sur lui à une vitesse interdite à l'humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katje von Tödt

avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 08/05/2012

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Mar 11 Déc - 8:50

Katje s'était éloignée en direction des appartements - un nom bien joli pour un bunker - des enfants de la Capitaine. Elle comptait bien s'assurer elle même de leur sécurité, et les déplacer si l'endroit s'avérait compromis. Elle entendit comme tout ceux qui écoutaient les canaux radio le message de Sabrehagen, et pris le parti d'y répondre, une pointe de moquerie dans la voix.

"Elke, retransmet de mon vox vers les hauts parleurs du secteur où se trouve la force Sabrehagen attaquant le palais."

Elle prit une inspiration, réfléchissant vaguement aux mots qu'elle allait employer. Son but était de le moquer suffisamment pour qu'il s'énerve - elle le savait fier - et commette éventuellement une erreur.

"Dignité Sabrehagen ? Honneur ? N'utilisez pas des mots dont vous ignorez le sens, cela ne fait qu'ajouter à votre ridicule. Au cas où vous ne le sachiez pas, le face à face est le privilège des justes. Vous n'y aurez pas droit, car vous ne le méritez en rien. Votre mort sera celle d'un chien, comme il en incombe aux traîtres et hérétiques."


Elle coupa la communication, ses longues foulées l'ayant amenée près des dits appartements. Elle se demanda un instant si ses paroles aurait la portée qu'elle leur espérait, et énerverait à ce point leur ennemi. Il avait fait par le passé preuve d'une ruse - et d'une couardise ! - régulière et dangereuse, les affrontant par assassins interposés. Le fait qu'il soit ici en personne la dérangeait, lui indiquait que quelque chose clochait. Certe il était en position de force, mais cela avait déjà été le cas par le passé, sans pour autant qu'il ne daigne les affronter en personne. Quelque chose avait changé.

Elle passa les postes de garde, les prévôts et Scarien affectés là faisant preuve d'un zèle bienvenu dans la vérification des identités, même la sienne. Cela la rassura, aucun passe-droit, même pour la capitaine d'armes, ne devait être admis dans un lieu d'une importance aussi primordiale.

[HRP : MJ, qu'est ce que j'y trouve ? Very Happy]
Citation :
Katje put constater en chemin vers l'appartement que les quartiers de feu le Chevalier-General avait été réoccupé, afin de servir de leurres, sur ordre du chef des Scariens. Quelques hommes tenaient les barricades de sable, prêts à partir en retraite, le gros de la puissance de feu provenant de serviteurs tourelles, et le tout prêt à expulser dans le vide par le sas le plus proche. Officiellement, les enfants de Lonallyn se trouvaient là.
Dans les faits, la Capitaine d'Armes fut conduite à une vingtaine de mètres de là, par une porte dissimulée, dans une série de couloirs étroits, un vrai labyrinthe de tunnel ou un homme seul en armure peut passer de front. Elle déboucha sur une large salle à deux entrées.
Barricadés derrière des serviteurs tourelles, une vingtaine de Scariens et de Lebensguard, les meilleurs des meilleurs, tenaient le perimètre, autour du lourd appareil utérin. Ce dernier avait été placé sur un buggy, prêt à démarrer, et sous la surveillance constante d'un des apprenta du Magos Kutreej, et de la fidèle Anya avec son générateur de bouclier portatif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajax Ordann



Messages : 585
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 32

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Mar 11 Déc - 20:28

Ajax

Bon sang !
Ces gars avaient des lance-flammes de séraphins ! Qu pouvaient-ils bien faire avec ce genre de matériel hautement sacrés !! C'était un genre de blasphème... un truc comme ça !
... A moins que ce ne soit un anathème....

Bref, c'était pas bien.

D'un geste de la main, et accompagné d'un petit gémissement inquiet, il éteignit le bout de sa barbe qui avait pris une asymétrie des plus ridicule !

-Eh !!

En plus, elle fumait encore un tout petit peu....

-Un peu plus et vous auriez pu blesser quelqu'un.... faites attention avec ce truc là !

Et d'un moulinet et d'un revers il découpa le coupable, le champ d'énergie entourant la lame eldar désintégrant la matière qu'il rencontrait à l'échelon subatomique.

Puis ce fut le tour d'un second, achevé malencontreusement, pour lui, par un tir perdu d'énergie verte.

Après une suite de pas ressemblant de façon troublante à un pas de danse, il se retrouva face au dernier gars.... presque nez-à-nez....

-...On s’envoie au ciel, mon grand ?

Il lui fit un grand sourire semi-charmeur et se jeta à son cou et de le pousser dans le vide... activant les réacteurs par la commande externe.

Spoiler:
 

_________________
Capitaine Ajax Ordann, Capitaine du Blood Wolf, Capitaine-lige du Pain Train et du No Brake.
Ex Maître Timonier d'Ex Cathedra, Héritier de la lettre de Marque Ordann, bretteur talentueux et forban légendaire.... pour de vrai !
 
Inquisiteur Novus Gabriel Tanerhill, Ordo Hereticus, Freigraff de la Maison Tanerhill-Lyotus, Porteur de la Grande-Bannière Von Razgriz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malakaï Zacharia

avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 12/05/2012
Age : 40
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Mer 12 Déc - 10:50

Malakaï

La bataille tournait à leur désavantage rapidement. Malgré les exploits héroïques de leur flotte, il y avait trop d’ennemis en face. Leurs renforts arrivaient en vagues successives et le Corsaire ne voyait pas de solutions immédiates.
Il détestait être dans la réaction et non dans l’action. Il adorait frapper sans être vu et disparaître rapidement. Mais dans la configuration actuelle du secteur, nulle chance d’échapper aux senseurs ennemis.


Un événement le sorti de la torpeur dans laquelle ses réflexions l’avaient mené. L’explosion du Present. Il ne connaissait Ordann que de réputation, mais il savait qu’il avait mené les renforts pirates à leur secours. Sur les canaux vox tactiques, il avait appris qu’il menait une campagne d’abordage de l’Overlord. Il était définitivement temps de se dégourdir les pattes.

« En avant toute Pilote !Je veux que nous soyons à portée du Present en moins de deux ! Préparez moi une équipe pour aider les rescapés de ce désastre.

Montez moi une équipe d’abordage, nous allons aider cet Ordann à prendre ce foutu vaisseau ! »

Malakaï s’empara de ses armes, confia le commandement de la passerelle à sa seconde et se dirigea prestement vers le hangar d’envol. Sur le chemin, il rassemblait les combattants, exhortait ceux qui resteraient à bord pour qu’ils remplissent leur tâche au mieux.
Il voulait se battre, il voulait trancher dans les chairs corrompues de leurs ennemis. Cette bataille ne l’excédait que trop et il lui fallait se défouler.


Il monta dans un des côtres que son équipage finissait de préparer pour l’abordage et laissa ses officiers déterminer les vecteurs d’approche et la répartition des troupes. Ceux-ci savaient que dans cette humeur là, il ne fallait pas déranger le Capitaine.

_________________
Capitaine Malakaï Zacharia von Naydiss, Commandant du vaisseau Himmelreich, Corsaire des von Razgriz
Je ne demande pas votre reddition, je la constate.

Pontifex Astra Ivan Markov, Synode Koronien, Primo-Confesseur d'Ex Cathedra
Je suis la voix de l'Empereur-Dieu résonnant dans les désolations de Koronus!

Illuminata Dana'el Kel Terran, Navis Primaris de la Boudeuse
Je suis l'Oeil qui voit tout, je suis le Guide dans les Ténèbres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malakaï Zacharia

avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 12/05/2012
Age : 40
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Mer 12 Déc - 13:05

Markov

Le Primo-confesseur avait dû a regret laisser Lonallyn à son courroux. Déjà, il ne pouvait la suivre hors du vaisseau et d’autre part, tant des leurs souffraient et nécessitaient son aide.

Il aidait autant qu’il le pouvait avec les membres de l’Ecclésiarchie présents à ses côtés lorsqu’un de ses acolytes vint lui apporter une funeste nouvelle. L’ennemi était à bord et répandait la mort parmi leurs ouailles. Immédiatement, le religieux parti vers la cathédrale, convoquant Kateryn et les Sœurs au plus vite.

Lorsqu’il arriva dans ses quartiers, derrière la nef, des acolytes l’attendaient déjà. Lui donnant des nouvelles plus récentes de l’avancée de l’Ennemi, le Pater se décida à mobiliser des troupes pour aller défendre les salles des Machines de l’Ex Cathedra.
Des enfants de Chœur finissaient de réciter les litanies de combat au-dessus de son armure sacrée. L’un d’entre eux rappelait à son marteau les exploits qu’il avait accompli et éveillait son esprit guerrier. Le Pater du vaisseau aurait besoin de toute l’aide possible pour accomplir la tâche qui l’attendait.

Vêtu de son armure et d’une cape blanche frappée du sceau doré de l’Aquila, Markov regagna la nef de la cathédrale. Les Sœurs l’attendaient en rangs et derrière elles se massait une foule compacte de fanatiques, de soldats et de religieux qui souhaitaient en découdre avec l’Ennemi.

« Mes Frères et Sœurs ! L’Ennemi a pris pied à bord de notre bien-aimé vaisseau ! Il apporte souillure et corruption à nos enfants, à nos parents, il défie la Beati et menace vos vies ! Pire encore, il croît possible de mener le combat sur le sol dédié à l’Empereur ! Que se lève vos armes et que s’abatte votre courroux, boutons le hors de nos murs et tuons tous ceux qui s’opposeront à nous ! »

A l’extérieur, sur le parvis de la cathédrale, un holoécran retransmettait le sermon du prêtre et une immense clameur retentit au moment où la foule gigantesque répondit en un seul cri à la requête de Markov.

Ce dernier remonta la foule, rassemblant dans son sillage les Sœurs et son armée de croisés afin d’aller porter la mort dans les rangs ennemis.

_________________
Capitaine Malakaï Zacharia von Naydiss, Commandant du vaisseau Himmelreich, Corsaire des von Razgriz
Je ne demande pas votre reddition, je la constate.

Pontifex Astra Ivan Markov, Synode Koronien, Primo-Confesseur d'Ex Cathedra
Je suis la voix de l'Empereur-Dieu résonnant dans les désolations de Koronus!

Illuminata Dana'el Kel Terran, Navis Primaris de la Boudeuse
Je suis l'Oeil qui voit tout, je suis le Guide dans les Ténèbres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
albus

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 08/05/2012

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Mer 12 Déc - 16:47

Ce n’était pas un combat.

La définition du mot ne suffisait pas à retranscrire avec exactitude ce qui se passait.

Le premier assaut fut simplement foudroyant. L’électricité
qui agitait le moindre de ses nerfs et le surcroit de puissance qui s’était emparé de lui alors que l’appareillage Thanatos fonctionnait à haut régime l’avait simplement transformé en une comète humaine. Combien de guerriers de l’Impérium tout entier pouvaient se targuer d’être aussi rapide ? Assurément bien peu.

C’était sans doute la raison qui poussait Albus à éviter toute forme d’armure.

Les marches menant à la scène volèrent en éclats sous les impacts des talons de l’assassin tandis qu’un tourbillon vent se soulevait derrière lui.

Le bout de la lame incandescente libérait sa forme plasmique la plus pure : une lame blanche et aveuglante, tandis que la poussée d’Albus noyait les flammes qui l’encadraient d’ordinaire.

Le système de téléportation du Cheshire s’activa sans doute moins d’un dixième de seconde avant l’impact.

Le visage de la créature marqua un sourire carnassier, aussi
fou que gourmand, il laissa venir à lui l’assassin sans pouvoir faire un seul geste. L’assaut aurait dû marquer la fin d’un échange à sens unique, d’entrée de jeu. On se situait bien loin de la simple attaque surprise. C'était un mouvement qui brisait les lois ordinaires du duel.

Cependant la lame traversa une volute de fumerole violacée.
La créature félidé réapparue au même moment suspendue d’une main légère à un immense chandelier. Loin aussi de la tête de son adversaire. Il poussa un ricanement moqueur à l’attention de l’épéiste.

Basculant la tête de côté, le Cheshire se pourlécha les babines, avant de se figer.

Le son d’une alarme se mit à retentir tandis que les cogitateurs des systèmes anti-incendie activaient les sprinklers mécaniques qui
se mirent à répandre une pluie froide sur l’opéra tout entier.

Le regard de la créature s’égara vers l’épée jumelle d’Albus.
Celle qu’il avait jetée négligemment comme si elle allait être une gêne pour ce duel. Elle était fichée dans le plafond, le système d’activation plasmique toujours enfoncé. Un grésillement émana du système de téléportation tandis que le Cheshire sentait l’eau couler contre son corps. Un grognement rauque émana du fond de sa gorge, suivit d’un feulement mécontent à l’attention de son jouet
qui changeait les règles de son jeu.

L’épée rongeait lentement le plafond, le plasma faisant fondre l’armature de ce dernier, elle tomberait bientôt.

Ce fut alors à l’abomination Sabrehagen de prendre l’initiative
de l’assaut.

Une nouvelle volute de fumée et elle se retrouva dans le dos
d’Albus, en position d’attaque.

Le duelliste se contorsionna dans ce que de nombreux spectateurs auraient considéré comme un mouvement de réflexe désespéré. Les griffes d’Adamantium rencontrèrent l’acier de Lathès. L’échange ne prit pas fin à ce moment-là. Un simple exercice était insatisfaisant. Car la créature insista vertement pour éprouver le talent véritable de l’Assassin.

Les gerbes de plasma et les étincelles de métal s’entremêlèrent à une allure singulière tandis que chaque passe d’arme, exécutée avec précision et vitesse précipitaient l’un et l’autre adversaire dans une sarabande endiablée. Le Cheshire en fut pour ses frais. Chaque temps de latence, chaque faille dans le moindre mouvement était exploitée à la perfection par le disciple d’Athénais qui créait avec une froide régularité dans ses mouvements une toile de bottes
armées qui l’enfermait petit à petit en attendant le coup fatal. L’un comme l’autre ne visaient que des points vitaux et il fut bientôt évident que plus l’assaut perdurerait et plus les chances de la créature s’amenuiseraient.

Virevoltant avec une élégance consommée sur le flanc de sa cible, le Blanc frappa de taille à mi-hauteur, profitant de l’erreur de son adversaire tombé dans le piège d’une feinte de l’épaule, il traversa une volute de fumerole violacée, et constata dans un sursaut que la griffe mortelle qui était une nano-seconde plus tôt, prise au dépourvue, s’apprêtait désormais à s’abattre sur son visage.

Une fois encore, un spectateur lambda aurait interprété la roulade d’Albus comme un mouvement reflexe désespéré et chanceux.

Le même spectateur aurait retenu son souffle en considérant
la nouvelle téléportation menant le cheshire au-dessus d’Albus, suspendu un instant en l'air devant son jouet maintenant sur le dos, au sol. La griffe s’abattit cette fois contre la lame revenue rapidement devant le buste de l’épéiste in extremis.

Avant d’être déstabilisé par sa position précaire, l’attaquant se téléporta à nouveau, l’avantage majeur de cet appareillage n’était pas, en définitif, sa capacité à mettre le Cheshire dans une
position avantageuse lors de l’attaque. Mais bien de lui permettre de prendre de la distance au moment opportun. Il se retrouva à nouveau loin d’Albus accroupit sur un balcon. Il se retourna, car il faisait dos à l’assassin, à une quinzaine de mètres de lui pour le gratifier d’un nouveau sourire sauvage. Démontrer son écrasante supériorité. Lire le desespoir dans ses ye...

La créature baissa les oreilles alors que son adversaire s’élançait
depuis l’épaule d’un ange stylisé incrusté dans une colonnade, pour fondre sur lui de nouveau, à une vitesse péniblement extraordinaire

Le Cheshire feula et disparu un instant avant que la rambarde où il se tenait ne fut réduite à l’état de copeaux enflammés. Pas moins de quatre jets de fumeroles furent nécessaires à la créature pour reprendre du champ, et se retrouver dans les hauteurs, à
nouveau en sécurité sur un chandelier.

Il se pencha pour considérer son adversaire en contrebas. Le
sourire de la créature chat s’éteignit lorsqu’il vit que les yeux émeraude de l’assassin étaient déjà braqués sur lui.

Le Cheshire comptait normalement sur son téléporteur pour quitter les zones à risque ou se retrouver dans des angles favorables.

S’il y parvenait si bien, c’était pour deux raisons, la première était l’absence de prémices à sa destination de téléportation qui semblait posséder un caractère d’instantanéité.

La seconde, c’était son mutisme. L’appareillage était globalement très silencieux, ainsi, lorsqu’un adversaire le perdait de vue, il
ne pouvait compter sur son ouie pour le retrouver.

Alors comment ce jouet-là pouvait-il anticiper ses trajectoires de saut ?!

Un mélange d’excitation et de frustration gagna la créature.
Cet agacement se conjugua à l’urgence et au caractère impératif de sa mission première.

Le maître avait placé sa confiance et ses espoirs en lui.

Le jouet commençait à prendre l’allure d’un obstacle. Il ne serait bientôt plus temps de jouer…

---

Albus resserra sa poigne sur la garde de son épée.

Il reprenait son souffle, lentement. La chose semblait perturbée par sa capacité à saisir ses trajectoires et elle ne cachait pas sa
mauvaise humeur. Le masque était pourtant la meilleure arme de l’Assassin.

Lui-même masquait le caractère désespéré de son combat par sa nonchalance naturelle.

L’assassin avait employé ses bottes les plus mortelles. Le système Thanatos fonctionnait à plein régime. La concentration qu’exigeait l’intensification de ses sens rongeait peu à peu son endurance. Car les sens d’Albus étaient tels des fils tendus à l’extrême en cet instant.

Son odorat avait ainsi que son sens du toucher lui avaient permis de repérer les émanations et son toucher, l’effleurement unique du poison qui couvrait les griffes du Cheshire. Un extrait rare au nom imprononçable, d’une glande de créature Xenos découverte sur un monde mortelle partiellement cartographié, au seuil des étoiles du Halo.

Encore une preuve de l’Empire et des connexions puissantes de Sabrehagen.

La moindre meurtrissure aurait des conséquences.

C’était un combat qu’il devait mener à la perfection.

Sa vue lui permettait bien sûr de suivre les mouvements diaboliques du Cheshire qui n’était pas un artiste martial de son niveau mais
qui compensait par une sauvagerie prononcée et exacerbée par les cocktails de drogues et les supports artificiels qui devaient parcourir son corps.
Mais surtout, il pouvait anticiper le moment de téléportation de la créature lorsqu’un léger halo violacé émanait de son appareillage de téléportation avant de la faire disparaitre.

Enfin son ouie était la plus précieuse. Contrairement à ce que croyait le Cheshire, il faisait du bruit. Ou plutôt, il changeait le bruit
de l’eau qui tombait dans l’opéra en fonction de sa position. Albus pouvait percevoir ce changement... La perturbation plus précisément, de la cartographie sonore qu’il avait établi de l’immense pièce de l’opéra.

Trois des siens étaient tombés pour que l’assassin se figure ce plan de bataille, il ne fallait pas le mettre sur le compte d’une stratégie
ou du sens du combat, mais bien comme l’expérience issue de la disparition des suivants d’Athenais qui l’avaient précédé.

Pourtant…Pourtant, le combat était inégal. La créature, bien
que moins habile, l’était suffisamment pour survivre à ses assauts assez de temps pour bénéficier de l’appui de son téléporteur.

Le système Thanatos le ferait bientôt souffrir et la perspective du poison dans son sang lui interdisait la moindre erreur de jugement.

L’allure de ce combat était semblable à celui d’une partie d’échec.
Albus perdait pion après pion et n’emportait que des pièces mineures de son adversaire qui ne tarderait pas à se rendre compte de sa supériorité pour mieux l’écraser.

La perspective de la Mort, naturellement, ne l’effrayait pas. Rien n’effrayait Albus. Vraiment. Un assassin du Culte ne le devenait qu’en abandonnant cette part d’humanité.

Mais l’appréhension le gagnait néanmoins. A sa mort, cette chose n’aurait aucun inconvénient à atteindre les jumeaux de la libre marchande. Il tuerait sans doute des membres de la passerelle au surplus.

Musique


Albus fronça les sourcils, bien campé sur ses jambes, dans les escaliers de l’opéra. Sa seconde lame tomba à ses pieds pour se ficher dans le marbre déjà abimé par ses furieux élans.

Il la ramassa négligemment en la soupesant.

Le Cheshire se pencha d’avantage, se délectant de l’impression
fugace que son jouet était plus vulnérable qu’il ne laissait paraître.

Albus redressa la tête en inspirant, un instant.

- Vous singez maladroitement mon prédécesseur. A croire que le seigneur Sabrehagen ne peut s’empêcher d’imiter celle qu’il hait.

Le Cheshire raffermit la prise de ses griffes sur le chandelier dont le bois et le cristal hurlèrent en se fendillant.


- J’ai étudié votre science, reprit-il.

- Tu…T’agites. Mais tu finiras comme les autres siffla la créature. Une simple question de secondes…Ihih.

- Vraiment ? Montrez-moi.


Oui, Albus avait un plan. Il avait étudié le peu de données récoltées sur le précédent protecteur de la libre marchande.

Une volute de fumée violacée étouffa le chandelier tandis
que le cheshire se retrouva à une dizaine de mètres au-dessus de l’assassin. La créature poussa un hurlement de défi qui fit trembler les sièges plus habitués au chant célestes de la Navis Nobilite.

Soudain, les nuages de fumerolles se multiplièrent, cinq téléportations, dix téléportations, vingt téléportations.. !

Albus faisant face à un brouillard d’énergie Warp alors que son adversaire tourbillonnait littéralement autour de lui à une cadence folle, lui interdisant tout repère logique.

L’assassin se jeta en avant dans la nuée de sièges, jouant de sa vitesse surhumaine, alors que le visage de la créature l’entourait
partout à la fois, moqueur et sauvage.

Les griffes étaient partout. Il n’y avait aucun abri pour le disciple d’Athénais, il était dans la désagréable situation de la proie. Il s’élança contre un mur, pour y prendre un appui incongru avant de se lancer dans un tourbillon de lames vers une statue à proximité et de monter les étages de l’opéra les uns après les autres. Derrière lui, un rire strident accompagnait le bruit de lacération des fauteuils et même des murs.

- COURS ! COURS PLUS VITE ! JE TE RATTRAPERAI TOUJOURS ! AHAH ! AH AH AH AH !

Le Cheshire ne jouait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Jeu 13 Déc - 15:29

Citation :

Helmut fulminait à son siege, frappant de son lourd poing ganté sur la console de commandement, y laissant une profonde marque craquelée.
"Vous me trouverez qui était ce et vous me l'apporterez, morte ou vive. Je ne soufrerais aucune insulte de la part des laquais de la Catin ! Cette dernière est elle toujours visible sur la coque de sa coquille de noix ?
La réponse vint quelques instants plus tard, avec un léger décalage.
-Non Lord-Capitaine. Plus aucune trace de l'apparition géante. Ses élucubrations mystiques saturent toujours quasiment tout les canaux vox.
Sabrehagen grommela, en s'enfonçant dans son siège. Puis se redressa brutalement.
-Quels passages des écritures récite-elle en ce moment ?
- Un instant, lord Capitaine. La défense de la Porte Dorée par Sanguinius lors du Siege de Terra, et auparavant, la Chute de Sainte Jeanne à la Tronço-hache.
Sabrehagen hurla, en en fracassant de son poing la console abimée dans une gerbe d'étincelles.
BANDE D'IDIOTS ! Elle s'attaque aux torpilles d'assaut et veux nous couper la route à bord de son fichu rafiot ! Une équipe d'assaut part immédiatement pour voir l'étendu des dégâts. Qu'on prépare Mordekaiser, j'arrive. TELEPORTATION !'
Dans un nuage de particules d'un violet malsain, il quitta son siège dans le Leman Russ de commandement, pour apparaitre dans une des torpilles d'assaut.

Ses serviteurs d'armes l'attendait, avec son armure de combat monté. Il se contenta de rester debout, en étendant les bras en croix, alors qu'on lui ôtait sa carapace ordinaire, pour sa meilleure armure. Oh oui, il allait lui faire l'insigne honneur, à la Catin, de l'affronter avec l'armure ancestrale de sa famille, en adamantium et plastacier moulé par les meilleurs technoforges de Lathes, recouverte de laque de poudre d'emeraude et de plaques d'obsidienne. On lui laça son fidèle sabre familiale, toujours aussi tranchant après des millénaires de combat, sans une ébréchure, son bouclier héraldique, et on lui donna une lance en bois précieux, sculpté et doré à l'or fin, sa tête explosive armée. Dans son dos, on accrocha une paire d'ailes en plumes d'oiseaux exotiques et en bois de Terra constellés de diamants.
Il ceigna lui même son lourd casque de joute, et dans un claquement de métal de ses éperons de platine sur le marbre de l'Ex Cathedra, il vint vers sa fidèle monture.
Lévitant à une trentaine de centimètres du sol dans un grondement sourd de turbines en sourdine, se trouvait Mordekaiser, le bien le plus précieux de toute sa dynastie. A l'exception d'un autre exemplaire au main de la Ravenwing, il s'agissait de la toute dernière moto-jet imperial en état de marche de la galaxie.
La moto se mit à vombrir alors qu'il prenait place sur son siège et qu'elle la reconnaissait, les runes des panneaux de contrôle s'allumant, les fulgurants jumelés s'armant.
"Allons, mon fidèle Destrier ! Allons mettre fin aux agissements de la Catin ! EN AVANT !".
Et il donna les gaz, 'élançant à pleine vitesse dans les couloirs de l'Ex Cathedra, vers le sas ouvert le plus proche, suivi de près par sa garde rapprochés, tous en carapace scellés, portés par des réacteurs dorsaux.

Citation :
Comme on dit, Shit just got real Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://excathedra.forum-gratuit.net
Admin
Admin
avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Jeu 13 Déc - 19:10

Citation :

Sur la scène inondée et rendu glissante par l'arrosage des sprinklers, dans un nuage d'étincelles percutantes des lames qui s'entrechoquent, un ballet funèbre se déroulait sans spectateurs, si ce n'est les corps refroidissant de trois feus Athenais.
Entrée fracassante d'un assassin vêtu de blanc atterrissant sur les planches dans un sinistre craquement. Immédiatement, il dut bondir de côté, car déjà, dans un feulement rageur, le Cheschire était là, toutes griffes dehors, manquant Albus d'un cheveu, des copeaux égratignant sa peau d'albâtre.
Oh non, il ne jouait plus. Son corps semblait avoir augmenter de volume sous l'effet de drogues ou de l'excitation de la chasse, et lui aussi était entourée d'une brume sifflante, tellement chaud que l'eau s'évaporait à son simple contact.
Il se téléportait moins, mais pour le blanc, difficile de dire si c'était par fatigue ou par ruse. La moindre de ses bottes, pourtant exécutée avec perfection, ne connectait jamais qu'avec une brume évanescente.
Quoi qu'il en soit, l'être félin compensait largement en utilisant son environnement. Des luminaires massifs volèrent, manquant de peu avec les éclats et les étincelles électriques de toucher. Il brisa le plancher de la scène pour essayer de déstabiliser l'équilibre d'Albus, ou de l'embrocher avec d'un revers négligent de sa patte d'une force trompeuse. Cherchait il a s'éloigner en bondissant vers l'une des premières balustrades que le tueur grimpait aux rideaux pour bondir à sa suite, et se téléporter aussitôt dans son dos, pour profiter de l'élan.
Albus pouvait percevoir la frustration croissante de son opposant, sans pour autant que celui ci ne lui fasse la grâce d'une infime erreur. Aucune fatigue ne ralentissait ses muscles, et il ne percevait pas l'odeur caractéristique et subtile de la sueur et de l'acide lactique. Mais de quoi était donc fait cette chose ?
De balustrade en balustrade, le duel se poursuivait, lame comme griffe, dans un virevoltement à peine perceptible à l'oeil nu. Un soldat lambda n'aurait pu à peine deviner les mouvements qu'avec retard avec le jeu des gouttes d'eau, et en voyant les fauteuils se faire éventrer et projeter avec force, dans un nuage de peluche détrempé.
Soudain, une voix sinistre et caractéristique se fit entendre à l’ouïe surdéveloppée de l'Assassin d'Athénaïs, une voix transmise par vox à l'oreille même de la chose, qui sans cesser de combattre, avait été parcouru d'un frisson, et semblait avoir baissé les oreilles.
La chose avait peur.
"Que fais tu donc, mon mignon ? Tu t'es perdu, ou tu es en train de jouer ? Je pars affronter la Catin. Pourquoi, je te le demande, je n'ai pas encore ses deux fœtus embrochés sur ma bannière ? Je serais... contrarié... Si tu ne me les amène pas immédiatement."

L'être bondit sur Albus dans une feulement rageur, impatient d'en finir pour satisfaire son Maître. Il y eu un lourd eclat qui fit vibrer le sol, alors qu'Albus, dans un mouvement de grâce sublime, avait été rejoindre le chandelier principal, et dans une feinte sublime, l'avait coupé, pour atterrir au sol, laissait l'être qui venait de s'y téléporter tomber avec.
En posant le pied à terre, Albus sut qu'il venait de commettre une erreur fatale.
Comme de juste, le Cheschire était retombé sur ses pattes, en équilibre sur le dossier d'une rangée de fauteuil.
Mais il avait à présent déployé sa queue, une longue chose de metal ondulant joyeusement. Sans compter que le chat-sassin pointait ses deux bras griffus vers l'Assassin, ses deux mains relevés, un tube de mauvais augure jaillissant de ses poignets. Albus sut exactement alors, mais trop tard, à quoi il avait affaire.
Le Temple savait que le Mechanicum disposait de ses propres exécutants, des êtres lourdement techno-modifiés, aidés des meilleurs implants et armes intégrés. Comment Sabrehagen avait il pu mettre la main sur un tel jouet ?
La chose fit feu. De la Dextre, un fusil à plasma se mit à tonner, de senestre, un blaster laser, dans une cadence de feu qui aurait fait rêver Aleksia.
Albus se jeta en arrière, sachant pertinemment qu'il ne pourrait tout éviter.
Dans un choc brulant et aveuglant, il sentit son équilibre se modifier, le faisant choir lamentablement, boulant contre le mur décoré de stuc et de marbre, sous une statue d'un ange pleurant couvert de suie. La douleur fulgurante, atroce, manqua de peu de lui faire perdre son contrôle, en dépit de tout son entrainement.
Son bras gauche n'était plus qu'un moignon fumant, se carbonisant peu à peu, le reste vaporisé par le laser implacable.
Avec fatalisme, Albus vit fondre sur lui la queue dendrite du dangereux félin, et s'agripper à sa cheville.

Une comète blanche traversa l'ondée en laissant derrière lui une trainée sanglante. Il y eut un bruit d'os cassé, de chair meurtri, et de bois brisé, alors qu'elle fut propulsé dans les rangs, faisant voler des débris de fauteuil en ligne droite. Puis elle redécolla, droit dans le panneau d'une balustrade. Le pauvre assassin, pantin désarticulé, mal fagoté dans les restes du grand rideau de scène, volait a travers tout l'opéra comme un pauvre pantin rouge et blanc en proie à la colère d'un enfant furieux.
Ou la pelote de laine d'un chat joueur.
Oui, la bête jouait avec lui, il s'en apercevait que trop bien. le choc a chaque fois était brutal, mais d'une précision tout aussi redoutable, pour briser quelques os, faire souffrir, et barbouiller les lieux de son sang... Mais pas pour tuer. Pas encore.
Le chat-sassin ne cessait de sourire en utilisant Albus comme une boule de démolition improvisé, laissant de longues griffes sur les plafonds peints de l'opéra, profanant les statues, arrachant les rideaux, ravageant les fauteuils.
Il était frustré.
Frustré de ne pouvoir pas fêter sa victoire sur une telle proie, prédateur devenue victime, sur ordre du Maître. Il aurait du faire durer son plaisir pendant des heures... il s'approcha de la scène, repoussant et faisant rouler le "blanc" maintenant bien maculé de rouge vers la fosse d'orchestre.
Une dernière fois, il le fit fracasser au sol, le maintenant fermement avec sa queue dendrite.
Il approcha de sa proie toute fraiche, de sa friandise. Le Chat-sassin savourant le moment, sachant que c'était le dernier obstacle significatif vers l'objectif de son Maître adoré. En repensant aux caressses sur les fesses et les gratouilles derrière l'oreille qu'il recevra sur ses genoux, il se mit à ronronner.
Il se pencha sur Albus, rangeant ses griffes. Sa langue lécha ostensiblement ses crocs pointus, d'un blanc pur, dans un sourire carnassier.
Il allait lui faire l'honneur de lui arracher la carotide avec les dents, pour aspirer sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://excathedra.forum-gratuit.net
albus

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 08/05/2012

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Jeu 13 Déc - 20:24

Albus avait perdu le fil à la huitième fracture.
Ses épées étaient loin de lui, où les avait-il perdu déjà ?

Son corps n'était qu'une masse agonisante, suppliant pour qu'on l'achève.

Le Cheshire avait pris grand soin de se servir de lui pour ravager l'Opéra. Il avait souffert un martyr semblable à celui qui était devenu le quotidien de celle qu'il servait pour le compte de l'Ordre.

Une large reflux de sang déborda de sa bouche et la douleur lui arracha une quinte de toux sanguinolente.

La créature recula légèrement la tête écarquillant de grands yeux enfantins, afin de saisir l'esthétisme de sa mise à mort. Toute forme d'arrogance et de noblesse avait quitté ce visage tuméfié. Ravagé par ses soins.
Le pion de Sabrehagen vivait là un spectacle qui sublimait ses sens. L'extase le saisit un instant. Il semblait chérir le vaincu qui lui offrait bien malgré lui, sa vie.

Le complexe système Thanatos lourdement chevillé au corps de l'assassin était la seule chose qui le maintenait en vie. Il s'était depuis longtemps substitué aux pendants humains d'Albus. L'un de ses poumons s'était affaissé tandis qu'un os crevait un ventricule de son coeur. Son flanc gauche tout entier ne répondait plus qu'avec intermittence, preuve que sa moelle épinière était touchée.

Albus était dépourvu d'options. Ses pions s'étaient fait emporté comme si il n'était rien lorsque la créature avait montré sa véritable nature.

- Échec.

La voix du Séraphin. Elle était encore audible, dans le brouillard sanglant tant sonore que visuel qui était devenu le sien.

Quelque part, il trouvait amusant que l'ancien capitaine d'arme puisse se réjouir de sa situation actuelle.

Figé dans le sol défoncé de la scène, l'assassin n'était plus rien.
Pourtant ses yeux émeraudes, bien que tuméfiés, brillaient encore. Pleins de vie et de volonté.

Quelle merveilleuse proie. Lui prendre sa chair au paroxysme de sa détermination sans que son corps ravagé ne puisse rien faire...
La gueule de son adversaire s'ouvrit en grand et s'approcha pour lui déchirer la gorge dans une bouchée aussi sauvage que gourmande.

le bruit de la chair déchiré retentit dans l'opéra entier, suivit du choc caractéristique des os qui éclatent.

La gueule du Cheshire restait pourtant figée, à quelques centimètres de la gorge d'Albus.

Son corps entier trembla, agité de spasmes. Le plus terrible pour créature était de sentir la lame à travers son crane.
Son oeil encore valide se dirigea lentement, mécaniquement, vers le bras restant d'Albus.
Son poignet était entièrement déchiré. Une lame un peu moins longue que son avant bras en sortait. Une lame au reflet bleuâtre et aiguisée bien que maculée du sang de son possesseur.

Un dernier atout. Son plan. Il avait fait reposer toute sa stratégie sur cet unique élément.
Son dernier secret.

Il avait enduré le supplice du servant assassin, en protégeant ses seules parties vitales indispensables.
Il avait accepté les mutilations, et l'humiliation de son adversaire.
Il avait amené les pions de son adversaire à l'acculer. A se diriger vers son Roi, esseulé.

Jusqu'au bout il avait gardé une dernière pièce. Il s'était accroché à cette seule idée pendant son martyr. Cette stratégie qui lui donnait la force de tenir. Il avait concentré ce qui lui restait d'énergie dans ce dernier mouvement. Cette fente en avant qui lui valait désormais une épaule déboitée et un poignet inutilisable. Ce mouvement d'escrime si basique qu'il est enseigné sans relache aux novices.

Le résultat était là, la lame avait prit le chasseur au dépourvu et lui était passé à travers l'oeil.

Un léger sourire s'étira sur le visage de Sybilla tandis que ses yeux émeraudes fixaient le Cheshire dont les tremblements diminuaient au fur et à mesure que la vie le quittait, il tentait d'articuler quelque chose, en vain.

- Échec et mat lui murmura l'assassin.

La créature tomba sur le flanc.

La lame réintégra l'os dont elle avait jaillit.

Désormais chaque respiration était une lutte. Néanmoins, Albus trouva la force d'employer son vox sub-vocal.

- L'assassin est neutralisé émit-il sur les ondes à destination du Culte comme des forces de la Capitaine d'Arme.

L'ironie de cette annonce arracha un nouveau sourire à Albus qui ferma les yeux qui bascula et se laissa choir à son tour.


Dernière édition par albus le Jeu 13 Déc - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malakaï Zacharia

avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 12/05/2012
Age : 40
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Jeu 13 Déc - 21:28

Malakaï

L'Himmelreich avait surgit telle une flèche propulsée dans le vide spatial. Rien ne semblait pouvoir altérer sa course ni freiner son inexorable avancée. Toutes ses batteries faisaient feu, semant la mort et le chaos dans les forces Sabrehagen. Tout vaisseau ennemi à portée devenait la cible de l'équipage corsaire et nombre d'entre eux emportèrent la vision de la folie destructrice de la frégate dans le trépas.

Malakaï attendait dans son côtre, ajustant son armure, vérifiant ses armes. Il portait un système de survie au cas où... Il jurait entre ses dents, promettant la mort aux ennemis de l'Empereur et de Lonallyn

"Pilote, vous nous larguez dès que nous sommes à portée de l'Overlord.
Karko, tu es responsable de l'opération de sauvetage. Je n'aurai pas le temps de m'en occuper une fois à bord du bâtiment ennemi, tu te débrouilleras seul, mais j'ai confiance en toi."


L'officier auquel Malakaï venait de s'adresser était un vétéran présent de longue date sur l'Himmelreich. Il prit comme un honneur d'avoir à sauver des hommes, qui même s'ils avaient été de l'autre côté de Sa Loi autrefois, se battaient et mouraient à leurs côtés.

Parvenue à quelques milliers de kilomètres du Present et de son adversaire, la frégate largua ses navettes. Celles-ci profitèrent de l'appui feu pour se frayer un chemin vers leurs différents objectifs.

Le Corsaire avec ses hommes répartis dans plusieurs navettes se lancèrent à l'assaut de l'Overlord. Le puissant bâtiment était déjà bien affaibli par le combat mais Malakaï savait qu'il ne fallait pas baisser sa garde. Les pilotes avisèrent des sans d'entrée et se placèrent de façon à ce que les troupes puissent s'y arrimer et pénétrer dans le monstre de métal.
Malakaï prit la tête de ses hommes, ceux-ci neutralisant les ennemis visibles. Il incarnait une froide fureur, celle de l'Imperium prêt à écraser tous les ennemis de l'Humanité. La lueur dans son regard indiquait à ses hommes que ce combat ne souffrirait d'aucun quartier. Ceux qui attaquait la Beati devaient mourir jusqu'au dernier.

"Capitaine Ordann, ici le Capitaine Malakaï Zacharia, Corsaire de la Dynastie Razgriz. Nous venons à votre aide, donnez nous votre position pour que nous vous rejoignions."

_________________
Capitaine Malakaï Zacharia von Naydiss, Commandant du vaisseau Himmelreich, Corsaire des von Razgriz
Je ne demande pas votre reddition, je la constate.

Pontifex Astra Ivan Markov, Synode Koronien, Primo-Confesseur d'Ex Cathedra
Je suis la voix de l'Empereur-Dieu résonnant dans les désolations de Koronus!

Illuminata Dana'el Kel Terran, Navis Primaris de la Boudeuse
Je suis l'Oeil qui voit tout, je suis le Guide dans les Ténèbres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lonallyn Von Razgriz

avatar

Messages : 194
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 25

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Dim 16 Déc - 13:04

Le lourd marteau s'arrêta soudain à mis course, et la Lady Capitaine se redressa.
Les chérubins arrêterent également leurs tâches, et vinrent entourer leur Maitresse, se demandant ce qui l'avait alarmée.
D'un signe de la main, elle ordonna aux assassins de poursuivre leur tâche, coûte que coûte. D'un autre, de s'arrimer, car cela risquait de secouer.
Elle sauta de la torpille, et vint atterrir sur la coque de Sa Majesté, ses chérubins la suivant telle une nuée majestueuse, tous arborant un air déterminé. Les yeux de certains d'entre eux, plus en retrait, se mirent à briller.
Sur les vox-picts du bord, puis, de relais en relais, sur ceux de toute la flotte, et y compris sur les vaisseaux ennemis, les cantiques cessèrent, et l'image de la Libre-Marchande apparut.
Elle brillait à la lumière des étoiles, l'eclat rougeoyant des réacteurs plasmas et des tirs de lances se refletant de mille feux sur son armure et sa masse-tonnerre à sa dextre, alors que son senextre était bleuté par la lumière provenant des macro-vitraux de l'Ex Cathedra.
Elle lévitait, une trentaine de centimètres au dessus de la coque, Sous un des arcs boutants gothique du vaisseau cathédrale, faisant face à là où Sa Nemesis, elle le savait, allait venir avec ses laquais.
A gauche, son épée energétique était tiré de son fourreau, des flammes courant le long de la lame avant de se perdre dans l'espace. A droite, la masse ornée familiale.
Sur ses épaules, la cape consacrée qui lui avait été offerte flottait légèrement sous l'afflux subtil des vents solaires. Sur son visage, exposée sciemment, dédaigneusement au Vide, son chapeau était soigneusement accroché, et son regard fulminait d'un juste courroux. Derrière elle, ses ailes étaient déployés dans toute leur envergure.
Elle etendit ses bras en croix, légèrement ployés, en posture d'attente défiante.
"Rex Cedet In Vertice..." se mit elle à reciter en haut gothique.
"Caveat ruinam !" elle donna la pleine puissance à ses muscles synthétiques, sentant la chaleur du combat à venir courir dans toutes ses veines.
"Nam sub axe legimus, " Ils apparurent devant elle, lui, le tant honni, sur son pompeux véhicule, et sa suite grotesque de sbires, venant par dizaines pathétiques pour un duel.
Iustitiam reginam."
Au même instant, Sa Majesté donna une pousée de ses réacteurs dans une démonstration de son courroux, illuminant, de façon aveuglante, la Libre marchande et ses chérubins.
Dans un halo de lumière, ensemble, ils chargèrent.
"CAVE, ADSUM ! "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Dim 23 Déc - 15:34

Citation :

Couloirs d'accès du Palais du Libre Marchand, Ex Cathedra.

Les combats font rage à bord du vaisseau amiral Razgriz. Chaque couloir, chaque voie, aussi secondaire soit elle, étaient la proie d'escarmouches sanglantes ou d'authentiques batailles rangés. La pression des Sabrehagen était terrifiante : les chars avançaient peu à peu, faisant feu sans répit, leurs blindages renforcés par de puissants générateurs de champ de force; des escadres d'Uhlans masqués vêtus de noirs et de têtes de morts, eux aussi dotés de générateurs portatifs similaires à celui d'Anya, chargeaient les lignes de défense sans relâche. L'infanterie suivait en vagues sans fins, lourdement armés, en carapace intégrale, accompagnés de Slaughts aux sceptres terrifiants.
Et pourtant, malgré tout, les forces Razgriz arrivaient à tenir encore. Si les lignes avaient malgré tout reculé jusqu'au périmètre intérieur, ce n'était pas faute de vaillance : sans aucune exception, les lignes Razgriz, soldats de lignes comme prévôts, mercenaires comme simple matelots, ne cèdent rien, n'arrêtant de défendre une zone que faute de combattants, aucun quartier demandé et offert. Les carcasses de chars calcinés, détruits, encombrent les couloirs principaux, ralentissant l'assaut blindé à un rythme cacochyme, sous une pluie permanente de grenades et d'explosifs improvisés, et le harcèlement sans relâche de nombreux blessés Razgriz, qui, dans leurs derniers moments, trouvent souvent la force d'au moins essayer de se jeter sous les chenilles des béhémoths de métal, portant grenades kraks et charges de démolition, pour une fin flamboyante, des cantiques saints aux lèvres. Dans le sillage de Sa Majesté, de nombreux soldats vêtus de vert et noir essayent de hurler, propulsés dans le vide, avec le jeu aléatoire implacable des sas.
Les baie Medicae ont fort à faire sous l'afflux de blessés, et surtout, pour essayer d'empêcher ses derniers de retourner trop vite au front, sans que Vancreel et ses aides aient le temps d'assurer les soins nécessaires.
C'est sur ce spectacle apocalyptique, que l'artillerie vostroyenne et la foule de Frateris Militia du Révérend Père arrivent sur le champ de bataille.


Epave du MAD LOVER'S PRESENT, ceinture d'astéroïdes de Quppa-Psi.

L'officier des vox-com fit un signe négatif à Karko. Toujours aucun signe de vie, ni signal : il faut dire que les restes irradiés de feu le croiseur Conquest brouillaient toute les transmissions et emplissait son récepteur de parasites, au point de se retrouver en silence radio avec l'Himmelreich.
Sa mission partait sur de bien mauvais augures. Il ne restait plus grand chose du vaisseau pirate, devenu un rougeoyant nuage de débris embrasés, et avec l'Overlord toujours combattant à côté, sa tâche n'était pas rendu aisé. Un sauvetage sous le feu potentiel de batteries de tourelles nécessite une vigilance de tout les instants...

Soudain, le technaugure des Auspex se fit entendre.
"Les esprits de la Machine captent un signal de détresse de la Navis Nobilite, maison des Urgosh-Sartoga, en provenance d'un imposant debris métallique. Selon toute les probabilités, la Spire de l'Occulum et une partie de la passerelle du MAD LOVER'S PRESENT semble avoir survécu. Quels sont vos ordres ?"
Karko n'eut pas besoin de réflêchir longtemps.
"On y fonce. Prévenez le reste de l'escadrille de sauvetage. On a peut être des survivants après tout à sauver."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://excathedra.forum-gratuit.net
albus

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 08/05/2012

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Lun 24 Déc - 18:27

Ex Cathedra.

Ex-Ca-the-dra

C’est ainsi que le Pater-précepteur Nivel avait appris à Nigel et aux autres du plateau 763 le nom de leur « monde ».
Monde signifiait alors tout à la fois, dans le cas des hommes du Manutorium du sous pont 6B : "vaisseau", "planète", "foyer", "parent" et "honneur".

Nigel caressait les lettres de cuivre au-dessus de la bouche d’aération numérotée 14B15632IFS – Delta, par le munitorum. Ex Cathedra. Tout était dit. Mais pour en rajouter, il lisait mal, et son écriture était pire encore. Il n'avait pas l’âme prédisposé aux exercices de la scholam.

Mais ça, il connaissait. Nigel comme 95% de ses comparses n’avaient jamais arpenté que deux ou trois ponts du mastodonte d’acier. Le 6B, c'était son territoire, sa terre d'origine. Sa Terra. C’était peu dire que lui et les lascars de la guilde des huileux aimaient leur « monde ». C’était ancré en eux, ils acceptaient alors tous les périls de leur condition, toutes les maladies, le quotidien à 14H00 de travail cadencé, les conditions de vie parfois dignes des bas-fonds d’une ruche, et une espérance d’existence inférieure à 50 ans. Ils acceptaient tout ça pour Ex Cathedra et Elle.

Elle. On l’appelait la Lady Capitaine, il y a encore peu. Béati aujourd’hui. Mais ne nous leurrons pas, il n’avait pas fallu attendre les rumeurs de la résurrection, les images sacrées et les nouveaux cantiques du Culte pour que Lady Capitaine signifie : "Reine" , "Déesse", "Mère", "Commencement et fin".
Nigel porta la main à son médaillon. Une pièce en or blanc sur laquelle était gravée la figure de profil de Lonallyn Von Razgriz. Il ne parvenait pas à déchiffrer le « Cave Adsum » sous le portrait. C’était une pièce commune, un bibelot comme il en existait des milliers à bord. Quasiment tous les petites gens comme Nigel portaient une figure de la Lady Capitaine en collier. Chaque geste étudié dans le protocole des saintes onctions des structures sacrées n’avait de sens que parce qu’il était délivré pour la première servante de l’Empereur Dieu à bord. Sa représentante.

Nigel avait appris à écrire Lonallyn bien après avoir su comment se retranscrivait Ex-Cathedra. Mais il ne l’oublierait pas. Jamais.

Ainsi, chez les gars du plateau 763, il y avait deux choses sacrées dans la vie, l’Empereur étant sous entendu : le navire et sa capitaine. On pouvait rigoler de tout, s’injurier à tout propos. Mais on ne mêlait jamais…Jamais, les noms de la capitaine et du navire aux frivolités de l’existence.

Maintenant que les deux étaient menacés, les gars du plateau 763 étaient sacrément remontés. Ce n’était pas qu’une question de survie, cette histoire avec les Sabrehagen (crachez quand vous êtes obligés de prononcer ce nom, et lavez-vous la bouche d’une bonne rasade d’un mauvais vin si possible).

Bien sûr, ils avaient peur pour leur vie. Et toutes les litanies parfois inaudibles dans les hauts-parleurs mécaniques du Commissariat de bord (« Lady Capitaine, Accordez force, mansuétude et miséricorde aux pourvoyeurs de la Justice de bord ») n'y pouvaient pas grand-chose, cela renforçait à peine leur motivation. Bien sûr, ça jouait ! Mais c’était plus profond que ça. C’était en eux, ça les brûlait. C’était plus que l’honneur, ou un quelconque instinct parental. Plus que la dévotion au Lectio divinitatus ( Les instances du Ministorum sont intransigeantes quant à l’étude de la base des textes divins).
C’était un subtil mélange de fierté et d’instinct familial. Comme si il ne pouvait pas en être autrement.

Nigel quitta ses pensées alors que Killian le noueux, le maître de la guilde porta le haut parleur portable à ses lèvres.

- Nos frères à l’atelier 652 sont tombés.

Une véritable chape de plomb s’abattit sur la centaine d’ouvriers qui s’était rassemblée pour entendre les nouvelles du front.
Au milieu du grand atelier, tous les huileux s'étaient réunis. Les canaux voxaient des ordres incroyables depuis des heures, et, suivant la nouvelle de la grande bataille, le Noueux avait réuni les siens pour discuter de la conduire à tenir.

- Tous ? demanda timidement Léo Van Virde, alors que l’émoi provoqué par l’annonce fit chancelé même les plus endurcis.
- De ce que je sais, Léo, les forces de l’ennemi ont enfoncé leurs barricades et envahies leur atelier. Des tanks et des sales types en armure. Ils ne sont pas connus pour leur pitié. Si l’Empereur dieu le veut, ils auront peut-être pu s’enfuir, je ne sais pas…
- Merde, c’est pas juste ! C’est pas juste ! le cri d’ Anehoel venait du cœur. Il avait un cousin dans le 652.

Ambiance

Les ouvriers était en train d’encaisser la nouvelle quand une nouvelle voix s’éleva. Une voix inconnue jusqu’alors mais chargée d’autorité.
Les premiers rangs pouvaient voir l’homme dans un long manteau en cuir noir, une casquette marquée du symbole du commissariat sur la tête. Il descendait d'un véhicule de transport anti-grav'. Une rareté dans ce coin du vaisseau.

- Ils sont tous morts annonça-t-il froidement dans le haut-parleur en brandissant un ensemble de papiers parcheminés.
Leurs noms sont tous inscrits sur cette liste. Le commissaire subalterne commença à énumérer : Sebastian Aaleveher. Kregor Aareon. Minark Absekelon…

Chaque nom nouait les gorges. Chaque nom était un coup dans l’estomac. Chaque nom était un soufflet d’une intolérable cruauté. Le commissaire jeta les parchemins au sol alors qu’il en était au trentième. Les pleurs et les prières se multipliaient. Le chagrin était communicatif.

- Je sais autre chose, citoyens de l’Impérium. Membres de l’équipage de la lignée Von Razgriz. Ouvriers de troisième catégorie de l’atelier 763.

Les têtes se relevèrent. Nigel montait sur une caisse pour le voir d’un peu plus près ce commissaire subalterne.

- Ils sont morts parce qu’ils ont été mal éduqués. Ils sont morts parce qu’ils étaient idiots. A cause d’un manque de sagesse sur l’Ex Cathedra. A cause d’un oubli de la Lady Capitaine.

Un silence pesant s’installa. Commissaire ou non, celle-là ne passerait pas. Killian du faire un geste pour retenir la première ligne d’ouvriers qui en avait trop gros sur le cœur pour tolérer ça.

- On ne leur a pas appris à se rendre ! hurla le commissaire. Et ils n’ont jamais compris, ni songé à le faire ! Ils sont morts parce qu’ils n’ont pas cette immense talent que possèdent les lâches d’en face. Pas un seul n’a jeté son arme, Pas un seul n’a supplié pour sa vie. Voilà pourquoi ils sont morts !

L’homme désignait la première rangée médusée par l’articulation de ce discours.

- Alors, c’est pas des idiots, commissaire ! Faut pas dire ça ! lança Nigel.
- Qu’est ce qu’ils sont alors demanda le commissaire, toi qui est si malin, citoyen, dis-moi ce qu’ils étaient !

Nigel, vers qui les yeux se rivaient se mit à réfléchir intensément, lançant un regard vers la bouche d’aération numérotée 14B15632IFS – Delta par le munitorum au dessus de laquelle reposait le nom de son monde.

- Putain…C’était des héros, grommela-t-il avec colère.

Le masque d’indifférence du commissaire ne se brisa pas. L’endoctrinement était parfait.

- Et qu’est ce que vous êtes alors ?

Les ouvriers ramassèrent leurs outils et les quelques armes à feu destinées aux plus hauts placés de la guilde avant de se diriger vers le grand sas pour rejoindre à leur tour la bataille.

Nigel qui passait à côté du comissaire, grogna plus qu'il ne dit :

- Si c'étaient des idiots, m'sieur, sauf vot' respect, on est les plus gros connards de tout ce navire.

Le Commissaire acquiesça et reparti vers d'autres ateliers.
Les rapports conjoints du munitorum à bord, et des instances de l'Ecclesiarchie préciseront que l'intégralité des hommes de l'atelier 763 donnèrent leur vie dans un combat qui dura moins de huit minutes face à l'infanterie ennemie. A peine armés, dénués d'entrainement et de discipline, ils combattirent pourtant bravement pour défendre le sous pont 6B.

Nigel Vinkersön, simple ouvrier trouva la mort, l'arme au poing face à un fantassin cloné. Face à un pantin sans âme.
Il mourut sans héroïsme, mais avec courage. Sa mort serait une donnée insignifiante si cet ouvrier n'avait pas hurler à la face de son ennemi "Ex Cathedra endure ! Ex Cathedra riposte ! " avant d'être froidement abattu.

Plus qu'un slogan, ce credo commence désormais à courir à travers les coursives de tout le navire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malakaï Zacharia

avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 12/05/2012
Age : 40
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   Mer 26 Déc - 10:06

Markov


Le Révérend-Père et sa troupe avaient déjà eu leur lot d’escarmouches dans les couloirs du vaisseau. Au manque de rigueur tactique des miliciens, il fallait bien reconnaître une absence de peur et une dévotion hors normes qui leur permirent de franchir sans peine les lignes d’assaut Sabrehagen.


Le spectacle apocalyptique qui s’offrit aux croisés de l’Ex Cathedra leur mit néanmoins un coup d’arrêt de quelques secondes… Chacun ayant besoin de saisir l’ampleur de la bataille et du carnage. Puis le Saint Père leva bien haut son marteau et appela la Grâce de l’Empereur sur ses fidèles pour armer leurs esprits contre le Mal qu’ils affronteraient sous peu.

« Pour l’Empereur et la Beati ! Pour l’Imperium, nous vaincrons ! Déchainez Sa juste colère sur les misérables qui ont abandonné leurs âmes aux puissances obscures ! L’Empereur protège ! »

Immédiatement, la foule hurlante se jeta dans la mêlée, apportant une énergie farouche et une volonté inflexible au milieu de la discipline des combattants Razgriz. Markov, aidé par les Sœurs de Bataille s’enfonça dans la cohue, semant la mort et la destruction autour de lui. Les bolters de Kateryn fauchaient les rangs adverses tandis qu’elle coordonnait l’action de ses compagnes.

_________________
Capitaine Malakaï Zacharia von Naydiss, Commandant du vaisseau Himmelreich, Corsaire des von Razgriz
Je ne demande pas votre reddition, je la constate.

Pontifex Astra Ivan Markov, Synode Koronien, Primo-Confesseur d'Ex Cathedra
Je suis la voix de l'Empereur-Dieu résonnant dans les désolations de Koronus!

Illuminata Dana'el Kel Terran, Navis Primaris de la Boudeuse
Je suis l'Oeil qui voit tout, je suis le Guide dans les Ténèbres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.   

Revenir en haut Aller en bas
 
BEATI MARTYRVM, QVONIAM IPSORVM EST REGNVM CAELORVM.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 22 sur 24Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23, 24  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX CATHEDRA : Ambition knows no bounds. :: AVDACES FORTVNA JVVA-
Sauter vers: